Les daltoniens voient-ils mieux dans le noir ?

Par Nicolas Deleplace

On entend parfois parler de daltoniens ayant une meilleure vision nocturne que la moyenne. J’ai moi-même cette impression mais je n’ai fait le potentiel rapprochement avec mon daltonisme qu’en voyant d’autres daltoniens évoquer cela dans des forums. J’ai donc voulu savoir si c’était véridique ou si c’était une simple impression.

La perception de la lumière

Comme décrit dans l’article sur la vision des couleurs, la perception des couleurs, est la retranscription du reflet de la lumière sur notre rétine. Cette retranscription est faite pas des cônes qui ont besoin de beaucoup de lumière et qui permettent de distinguer les couleurs, et par des bâtonnets, qui sont sensibles uniquement à la luminosité (pas à la couleur), même lorsqu’elle est faible. Le daltonisme affecte les cônes (Cf : Qu’est-ce que le daltonisme).

On sait donc que lorsque la luminosité est faible, ce sont les bâtonnets qui permettent de distinguer plus ou moins notre environnement. Ce qui explique que dans une atmosphère peu lumineuse, notre vision est proche du noir et blanc, car seuls les bâtonnets sont suffisamment sensibles.

Forts de la constatation qu’un certain nombre de daltoniens pense avoir une meilleure vision nocturne, des laboratoires ont réalisé des tests pour affirmer ou infirmer cette hypothèse.

Avant d’aller plus loin, le schéma ci-dessous va permettre de bien comprendre les nuances entre les prochaines parties.

La vision photopique correspond à la lumière du soleil et à l'éclairage intérieur, la vision mésopique va du clair de lune à la lumière des étoiles, la vision scotopique est en deçà de la vision des étoiles.
Domaines de vision

Les daltoniens voient-ils mieux dans le noir (vision scotopique)

A ce sujet, les avis des scientifiques diffèrent. Je vais donc vous présenter les 2 études contradictoires qui pour moi ont le plus de sens.

Le daltonisme est-il un avantage en condition scotopique 2

L’étude a pour but de comparer la vision nocturne de daltoniens avec des personnes sans problème de vision des couleurs. Pour cela, 40 personnes prennent part à l’expérience.

  • 20 ont une vision des couleurs normales
  • Les 20 autres ont une vision des couleurs déficiente (2 protanopes, 2 protanomals, 2 protanomals sévères, 3 deutéranopes, 4 deutéranomals sévères, 3 deutéranomals, 4 monochromates)

Le test ensuite réalisé est la copie conforme du test de Pirenne et al, créé pendant la seconde guerre mondiale pour identifier les personnes ayant une bonne vision nocturne. Ce test consiste à fixer un point rouge tandis que des flashs, de moins en moins forts, apparaissent dans le champs de vision. Le sujet doit appuyer sur un bouton lorsqu’il voit un flash.

Le résultat de ce test est que les daltoniens n’ont pas de meilleurs résultats que les autres.

Vision scotopique chez les daltoniens 2

Cette autre étude a le même but : découvrir si les daltoniens ont ou non une meilleure vision scotopique. Pour cela, les chercheurs ont fait appel à 326 sujets (hommes et femmes), dont 13 étaient daltoniens.

L’expérience consiste à mettre un filtre de couleur devant une lampe émettant à 1000CD/m² puis de réduire progressivement la luminosité. Le sujet doit indiquer le moment où il ne perçoit plus la lumière. (Pour les plus pointilleux, vous aurez remarqué que l’expérience débute bien au dessus du domaine mésopique, et donc du domaine scotopique). L’expérience a donné les résultats suivants :

Seuil de vision par rapport aux filtres de couleurs
Fréquence par seuil de vision

La première courbe montre que les daltoniens ont une vision dans l’obscutrité plus ou moins bonne selon la couleur du filtre, ce qui n’est pas le cas des non-daltoniens. Le deuxième graphique montre que le seuil de visibilité est en majorité plus bas chez les daltoniens. Les daltoniens perçoivent donc des lumières plus faibles que les non-daltoniens.

Mon avis

Je n’ai pas fait d’études de médecine ni de recherches en laboratoire sur le sujet, mon avis est donc subjectif et libre à vous d’adhérer ou non.

Je pense que l’étude de l’IOVS est très pointue et véridique sur la partie qu’elle traite. En revanche, je ne peux m’empêcher de penser que le test aurait pu être plus adapté au daltonisme (sans compter le panel de sujets assez restreint). Le point à fixer aurait pu être autre que rouge (qui est bien plus terne pour les daltoniens), les flashs auraient pu être de couleurs différentes (pas nécessairement blanc), on aurait pu faire distinguer des formes sous une luminosité faible constante plutôt que des flashs (les daltoniens distinguent peut-être mieux les différences de luminosité dues aux jeux d’ombres).

Concernant la seconde étude, les chercheurs ont pensé à tester différents filtres de couleurs, permettant ainsi de prendre cette variable en compte. De plus, l’expérience commençant à 1000CD/m², elle ne se limite pas au domaine scotopique (malgré le titre de l’article). En revanche, la part de daltoniens dans les sujets, bien que reflétant le pourcentage réel de daltoniens dans la population, est à mon sens trop faible. Pour moi, le but est bien de faire des différences daltoniens/non daltoniens, et avoir 96% des sujets non affectés est inutile. Cette répartition est due au fait que les sujets n’ont pas été choisis mais faisaient tous parti d’un même cursus universitaire. De plus, cela a permis de faire l’expérience en aveugle (sans que le sujet soit au courant que l’expérience soit liée au daltonisme).

Les daltoniens voient-ils mieux dans la pénombre (vision mésopique)

Daltonisme et crépuscule atmosphérique3

L’auteur de cette étude s’est intéressé au fait que de nombreux daltoniens disent mieux voir dans une atmosphère sombre et s’est attaché a y trouver une raison. Pour cela, il a donc recueilli des informations sur un panel de 380 personnes réparties dans 45 pays éparpillés sur le globe.

Il a également étudié la durée de la pénombre au lever et au coucher du soleil selon la position géographique (fig. 1) et ses découvertes sont étonnantes (fig. 2).

Fig. 1. – Relation entre la latitude et la longueur du crépuscule (en % de l’ensoleillement d’une journée moyenne)
Fig. 2. – Distribution géographique des daltonismes

L’auteur interprète donc ces résultats en disant que le pourcentage de daltonisme est probablement lié à la durée du crépuscule. En effet, cela permettrait aux daltoniens avec une meilleure vision crépusculaire de chasser et se défendre plus facilement à ces moments de la journée, leur conférant un avantage non négligeable.

Mais alors, pourquoi cette vision améliorée ?

Darwinisme

La dernière étude se base sur le fait que s’il y a toujours des daltoniens sur Terre, qu’ils n’ont pas disparu au fil des millénaires, c’est qu’il doit y avoir une utilité à cette différence.

Toutefois, il est important de rappeler que 2 statistiques semblant s’accorder n’ont pas forcément de lien de causalité. Ce n’est pas l’objet de l’article mais si cela vous intéresse, je vous conseille l’excellente vidéo d’e-penser à ce sujet : Le lieu le plus dangereux de France ou de tout simplement vous balader sur ce site, qui recense des corrélations absurdes entre différentes statistiques.

Toujours est-il qu’il y a effectivement une répartition des daltoniens différente selon la latitude et qu’il y a forcément une raison à cela. Une meilleure vision mésopique est effectivement une raison plus que probable.

Causes biologiques

D’un point de vue biologique, des hypothèses sont avancées pour trouver une relation entre le daltonisme et cette potentielle meilleure vision.

  • Les daltoniens sont plus attentifs aux légères différences de luminosité et ont donc également une meilleure vision dans la pénombre
  • Les cônes étant moins fonctionnels, les bâtonnets compensent ce manque, ce qui induit une meilleure vision nocturne (comme pour les aveugles développant plus leurs autres sens)
  • La vision nocturne des daltoniens est améliorée du fait d’une relation cône-bâtonnets différente. Les cônes interfèrent moins sur la perception des bâtonnets.
  • Les daltoniens auraient une structure oculaire différente (peu probable)

Cette liste d’hypothèses n’est pas exhaustive et il est possible que la vraie raison n’y soit pas inscrite. Malheureusement, je n’ai pas trouvé d’étude qui affirme ou infirme formellement celle-ci.

Cependant, il est reconnu que les daltoniens différencient effectivement mieux de faibles variations de luminosité. C’est comme cela que sont faites les images que seuls les daltoniens voient, et ils nous ait également possible de voir des différences là où des trichromates normaux n’en voient pas dans la vie de tous les jours (cela m’est déjà arrivé à plusieurs reprises).

En conclusion

Ecrire cet article m’a légèrement laissé sur ma faim car il n’y a aucune conclusion tranchée faisant l’unanimité. Cependant, bien qu’il semblerait que les daltoniens n’aient pas une meilleure vision scotopique (noir complet), il semble qu’ils ont une meilleure vision mésopique (pénombre). Ce résultat coïncide bien avec l’expérience de nombreux daltoniens, et c’est assez satisfaisant !

Dites-moi en commentaires si vous aussi vous pensez avoir une vision supérieure à la moyenne dans la pénombre (ou si je délire totalement !). N’hésitez pas à me donner votre avis et à partager cet article sur vos réseaux s’il vous a plu.

Références

1 Matthew P. Simunovic; Benedict C. Regan; J. D. Mollon, Is Color Vision Deficiency an Advantage under Scotopic Conditions ?, 2001 [Lire l’article]

2 Verhulst S, Maes FW. Scotopic vision in colour-blinds, 1998. Lire l’article : [CrossRef] [PubMed]

3 Reimchen TE, Human Color Vision Deficiencies and Atmosheric Twilight, 1987 [Lire l’article]

%d blogueurs aiment cette page :