La vision des couleurs

Par Nicolas Deleplace

Pour comprendre fondamentalement ce qu’est le daltonisme, il faut commencer par comprendre ce que sont les couleurs. Cet article n’est pas indispensable pour comprendre un daltonien mais il apporte des éléments scientifiques qui permettront d’approfondir vos connaissances sur le daltonisme.

Qu’est-ce que le visible?

Avant toute chose il va falloir faire un peu de physique et que je vous éclaire sur les ondes.

Une onde, c’est la propagation d’une perturbation dans un champ. La longueur d’onde c’est la distance séparant 2 points identiques séparés d’un cycle. (hein?)

Prenons un exemple simple :

On jette un caillou (perturbation) dans l’eau (champs), des vaguelettes (ondes) se propagent. La longueur d’onde est la distance entre 2 sommets de vaguelettes :

Vaguelettes très réalistes 😉

Parmi l’infinité d’ondes existantes, une certaine catégorie va nous intéresser aujourd’hui : les ondes électromagnétiques. Dans le schéma ci-dessous, elles sont classées par longueur d’ondes (et oui, vous les connaissiez presque toutes) :

Et sinon c’est quoi le rapport avec ce qu’on voit?

Eh bien quand on dit voir un objet, en réalité nous voyons le reflet de la lumière sur cet objet (on est tous d’accord pour dire que dans l’obscurité totale, les objets sont invisibles!).

Et, tenez vous bien, la lumière est une onde électromagnétique (les rayonnements du soleil sont d’ailleurs composés de tout le spectre électromagnétique)

Mais alors, pourquoi ne voit-on que les ondes électromagnétiques entre 400 et 700 nanomètres (nm) et pourquoi sont-elles en couleur ?

Notre rétine est tapissée de cônes et de bâtonnets servant de capteurs à la lumière. Les cônes sont les responsables de la vision des couleurs et sont divisés en 3 types, chacun sensible à des longueurs d’ondes différentes (voir schéma ci-dessous).

Sensibilité des cônes

Il faut savoir que les noms des cônes ont étés donnés arbitrairement

  • Le cône “bleu” est particulièrement sensible aux bleus et violets,
  • le cône “vert” à une sensibilité maximum aux longueurs d’ondes correspondants au vert
  • le cône “rouge” est le seul à percevoir du rouge

On remarque facilement que les cônes verts et rouges sont sensibles à des longueurs d’ondes très proches.

Selon la longueur d’onde perçue chaque cône dit au cerveau s’il est plus ou moins stimulé.

Ensuite, le cerveau mixe des informations données par les 3 types de cônes et il en ressort une sensation de couleur.


De la lumière au cerveau

Et le daltonisme dans tout ça?

Il faut savoir que pour un non daltonien, la vision de couleur est facilement dupée. Le cerveau ne fait pas la différence entre un objet qui reflète une onde à 550nm (vert) et une à 650nm (rouge, d’un t-shirt qui réfléchi une onde à 600nm (jaune). Dans les 2 cas, le cerveau perçoit du jaune!

Pour les daltoniens, c’est le même principe. Selon notre type de daltonisme, certains de nos cônes ont une sensibilité réduite voir nulle à certaines longueurs d’ondes. Ce dysfonctionnement est héréditaire (Voir Pourquoi est-on daltonien ? pour en savoir plus). Pour certaines longueurs d’ondes différentes, les cônes du daltonien envoient donc des informations identiques. Le cerveau ne peut donc pas différencier certains messages et nous confondons donc certaines couleurs.

Selon notre patrimoine génétique, on peut donc :

  • Avoir une vision des couleurs normale : les 3 types de cônes sont présents, bien répartis et en bon fonctionnement.
  • Être trichromate anormal : tous les cônes sont présent mais en quantité insuffisante ou avec un fonctionnement dégradé.
    • Deutéranomalie : le cône “vert” est en cause
    • Protanomalie : le cône “rouge” est en cause
    • Tritanomalie : le cône “bleu” est en cause
  • Avoir un type de cône qui ne fonctionne pas du tout. On parle alors de :
    • Deutéranopie pour les cônes “verts”
    • Protanopie pour les cônes “rouges”
    • Tritanopie pour les cônes “bleus”
  • N’avoir aucun cône fonctionnel : on parle alors d’achromatopsie

Bien sûr, ces dysfonctionnements peuvent s’additionner ! (C’est mon cas, mes cônes verts et rouges sont fortement défaillants, mon cône bleu l’est aussi légèrement !)

Spectre du visible selon les daltonismes

Pour aller plus loin …

Voit-on tous le même blanc?

Il y a 2 types de blanc.

  • La lumière contient toutes les longueurs d’ondes visibles (comme la lumière du soleil).
  • La lumière contient des longueurs d’ondes correspondant au maximum d’émission de chaque cône.

Dans les deux cas, le cerveau interprète le fait d’avoir un signal maximal dans chaque cône comme “blanc”.

Même pour un daltonien, les maximums d’absorption se situent aux mêmes longueurs d’ondes (il sont juste plus faibles).

Un daltonien voit donc le même blanc qu’une personne avec une vision normale.

En revanche, il existe une autre anomalie génétique, le tétrachromisme, où les personnes affectées ont 4 cônes. Si une lumière contient uniquement les maximums d’absorptions des cônes “bleus” rouges” et “verts”, le tétrachrome ne verra pas du blanc!

Et pour le noir?

Un objet noir absorbe toutes les longueurs d’ondes du visible et ne reflète donc aucune lumière vers l’œil. Nous voyons donc tous le même noir.

Est-ce que c’est pareil pour les animaux?

Le fait d’avoir 3 types de cônes est bien spécifique à l’espèce humaine (à quelques exceptions près).

Certain animaux en ont plus et d’autre moins :

Et la championne toutes catégories ……..

La Crevette menthe et ses 12 à 14 cônes !!!

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux et à cliquer sur le bouton “j’aime”. Faites moi part en commentaire de vos avis je serai heureux d’en discuter avec vous!

%d blogueurs aiment cette page :