Colorier de la bonne couleur

Par Nicolas Deleplace

Il n’est pas rare, surtout dans le cadre scolaire, qu’un daltonien soit confronté à un dilemme qui peut lui sembler insurmontable : colorier de la bonne couleur. Que ce soit pour un coloriage, une carte de géographie, une légende en SVT, un schéma en techno, un plan de détail industriel, etc. Les humains aiment varier les couleurs pour rendre “plus compréhensibles” leurs créations.

Bien entendu, le changement des mentalités pour inclure le daltonisme dans les mœurs ne sera pas le sujet de cet article mais d’un prochain. Mais je vais tout de même faire un aparté concernant les coloriages :

Si l’instituteur de votre enfant insiste pour qu’il se conforme aux codes couleurs prédéfinis qu’il ne peut comprendre, les astuces de cette article pourront l’y aider. Néanmoins, je vous conseille d’avoir une discussion avec cette personne pour lui demander de prendre en compte le daltonisme de votre enfant et, dans la mesure du possible de le laisser choisir ses couleurs qui lui seront parlantes. Quel intérêt de faire colorier une carte en rouge et vert pour un enfant qui ne verra pas la différence entre les 2? Il serait plus bienveillant de le laisser choisir les couleurs et d’apprécier son travail ‘une manière parlante pour lui.

Fin de l’aparté !

Reconnaitre ses crayons

Les feutres

Aujourd’hui, beaucoup de feutres ont le nom de leur couleur inscrit sur leur tranche. Si c’est le cas de vos crayon, le problème ne se pose pas!


Feutre avec les noms de couleurs écrits dessus (ici en anglais)

Si en revanche, celui-ci n’est pas écrit, ou s’il est écrit dans une autre langue et qu’il est destiné à un enfant ne la lisant pas, vous pouvez étiqueter le feutre, écrire dessus au marqueur, etc. Certains penseront à une boite à feutres où le nom des couleurs est indiqué au dessus de chaque emplacement. Je ne suis pas très friand de cette solution car elle implique de toujours ranger les feutres au même endroit et de n’en utiliser qu’un à la fois.

Feutre étiquetté

Crayons de couleurs

Ici aussi, certains crayons comportent déjà le nom de la couleur écrit sur la tranche comme les crayons de couleur Crayola. C’est un peu plus rare que pour le feutre mais ça existe. Ici aussi l’étiquetage est possible. En revanche ma méthode favorite est tout autre. Mon institutrice de grande section, (qui a d’ailleurs découvert mon daltonisme) avait trouvé une astuce : elle grattait aux ciseaux une partie de la tranche de mes crayons et écrivez dessus la couleur ! Je me suis donc servi de cette méthode jusqu’à la fin de mes études pendant plus de 15 ans ! (Je ne me sert maintenant plus beaucoup de crayons de couleur)

Crayons pour daltoniens
Fabrication de crayon de couleur pour daltonien
Quelques uns de mes vieux crayons de couleurs retrouvés

Stylos

Pour les stylos, ici 4 couleurs sont fréquemment utilisées (bleu, rouge, vert et noir). Pour ma part, seuls les verts et rouges me posaient problème parmi ceux là. Ma solution? je demandais à mes parents de m’en acheter de styles différents! je savais que celui de tel type était le rouge, et celui de tel autre type le vert.

On peut évidement à nouveau étiqueter les crayons. Pour mon cas, je n’ai jamais usé de cette méthode : l’enfant peu soigneux que j’étais les aurait perdus ou arrachés très rapidement.

En ce qui concerne les fameux stylos 4 couleurs, je mémorisais simplement à coté de quelle couleur était le rouge et le vert, ou lequel était à coté de l’accroche en plastique. Bien entendu, certains amis m’ont fait l’excellente blague d’intervertir le rouge et le vert mais ils riaient souvent seuls parce que je ne m’en rendais jamais compte !

Et l’autonomie dans tout ça?

Alors, vous l’aurez certainement compris, pour toutes ces astuces, il est nécessaire d’avoir une aide extérieure pour la phase de préparation. A mon sens, ce n’est pas un problème : un parent peut bien sûr s’en charger, mais j’aimais également (parfois) demander de l’aide à un ami, c’est très bénéfique pour tout le monde. Le daltonien n’a pas honte et ne se cache pas de son souci et l’ami prend un peu plus conscience des problèmes du daltonisme.

Pour ceux qui veulent néanmoins rester 100% autonome sur ce point, l’astuce “recopier une couleur imposée” ci-dessous pourra vous y aider.

Recopier une couleur imposée

Ici, tout va dépendre du contexte. Si celui-ci est scolaire, le meilleur moyen sera de demander à un autre élève ou au professeur la couleur à utiliser. Un professeur averti pourra également systématiquement écrire le nom des couleurs pour aider ses élèves daltoniens.

Si le contexte permet l’utilisation d’un téléphone portable, l’application gratuite “Chromaglass” possède quelques fonctions intéressantes. L’appli est en anglais mais les fonctions sont assez simples, il faut comprendre les noms de couleurs en anglais.

Premièrement, elle permet de mettre en valeur certaines couleurs (principalement vert, bleu et rouge) en les faisant clignoter par le biais de la caméra du mobile.

Clignotement alternatif des couleurs principales

Ensuite, si le besoin est plus poussé, la fonction “findcolor” permet 2 choses :

  • Soit vous pointez la couleur souhaitée sur le “spectre” en bas de l’écran et tous les objets la contenant clignoterons.
  • Images
  • Soit vous pointez un objet et les couleurs contenues clignoterons sur le “spectre”
En visant la case B (bleu) les objets bleus visibles clignotent

En visant un objet, la ou les couleurs qui le composent clignotent dans la barre

Cas pratique : les cartes de géographie au bac

Dans ce cas là, le correcteur étant inconnu, vous pouvez toujours tenter d’écrire “merci d’être indulgent pour mon utilisation couleurs, je suis daltonien” et remplir la page comme bon vous semble, mais si vous voulez maximiser vos chances, je vous le déconseille.

Il faut savoir qu’il n’y a aucune réelle obligation d’utiliser telle ou telle couleur pour tel type d’information. Le seul point important est que la légende et la carte correspondent.

Ma méthode lors de mon épreuve

Avant l’épreuve :

  • Préparation des crayons (voir “reconnaître ses crayons”)
  • Rappel de couleurs fondamentales (principalement le bleu pour les mers et océans!)

Pendant l’épreuve

  • Tout d’abord… j’ai écrit la phrase :
    “merci d’être indulgent pour mon utilisation des couleurs, je suis daltonien” . Eh oui, ça ne coûte rien et ça permet au correcteur de ne pas penser que vous avez choisi des couleurs désagréables à regarder pour l’embêter! En plus, avec un peu de chance, il appréciera l’effort de remplissage de la carte que tous les daltoniens ne font pas forcément, et ça peut toujours aider au moment d’arrondir la note 😉
  • Ensuite, j’ai étalé mes crayons sur la table, sans ordre précis.
  • Là, j’ai rédigé ma légende et l’ai rempli avec les couleurs dans l’ordre où elles étaient sur la table, les remettant toujours au même endroit et ne prenant un crayon que quand le précédant était reposé
  • Pour plus de “sécurité”, j’ai remplis ma carte au fur et à mesure que je remplissait la légende. Le but était d’utiliser un même crayon le moins de fois possible pour éviter les erreurs.
  • A la fin, j’avais évidemment oublié certains point à colorier mais mon classement de crayons en fonction de la légende m’a permis de reprendre le bon crayon.

Comme nous ne pouvons pas avoir le détail de notre notation, je n’ai jamais su avec certitude si mon daltonisme m’avait désavantagé dans cette épreuve. Néanmoins, la bonne note globale que j’ai eu à l’épreuve d’histoire-géo me fait penser que je n’ai pas eu 0 à la carte (ou alors tout le reste était excellent !)

Merci d’avoir lu cet article, j’espère qu’il vous a plu. N’hésitez pas à le partager sur vos réseaux sociaux et à cliquer sur le bouton “j’aime”. Faites moi part en commentaire de vos avis et de vos astuces je serai heureux d’en discuter avec vous!

%d blogueurs aiment cette page :